Forum Classe Prépa ENS Cachan

Il y a plus de courage que de talent dans la plupart des réussites
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 A méditer

Aller en bas 
AuteurMessage
polo

polo

Nombre de messages : 81
Age : 30
Localisation : un camping car sur le parking de carrefour
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: A méditer   Sam 17 Nov - 15:58

voila qui en dit beaucoup sur la réforme des régimes speciaux.....


Appel aux citoyens inquiets,
en colère... et silencieux


Merci de prendre le temps de lire ce message et, si vous adhérez à son contenu, de le relayer le plus largement et rapidement possible. Il y est question de notre avenir, de celui de nos enfants et de notre pays. Il est rédigé par un observateur-citoyen inquiet et en colère*.

Sous divers prétextes, les bénéficiaires des régimes spéciaux défendent le maintien de ce que l'on doit appeler, en toute objectivité, des privilèges. A tous ceux qui s'efforcent de regarder la société sans prisme idéologique ou politique, mais en se réclamant du bon sens, de l'équité, de la solidarité, de la responsabilité, leur attitude paraît irresponsable, voire indécente. Rappels :

. Les bénéficiaires des 128 régimes concernés partent à la retraite bien avant ceux du régime général. Exemples : 50 ans pour les agents de conduite SNCF ou RATP; 53 ans pour les sénateurs, 55 pour les députés qui auraient dû montrer l'exemple...;
. La durée moyenne de leur retraite est pour beaucoup supérieure à celle de leur vie active et ils percevront ainsi plus de pensions qu'ils n'ont reçu de salaires !
. Le montant de leur retraite est calculé sur les 6 derniers mois de salaire (comme pour les fonctionnaires, qui bénéficient encore à ce titre d'un régime spécial), soit un écart considérable par rapport aux 25 années du régime général. Leur taux de cotisation est en outre souvent inférieur (7,8% contre 10 à 11%);
. La plupart bénéficient par ailleurs d'un autre privilège important : la garantie de l'emploi;
. Dans l'immense majorité des cas, l'existence de ces "exceptions" n'est plus justifiée par une pénibilité particulière du travail;
. Le coût de ces régimes (qui concernent 1,2 million de retraités pour seulement 560 000 actifs) représente 15 milliards d'euros pour 2007, dont la moitié payée par la collectivité.
. La France est le seul pays développé au monde où demeurent de telles inégalités;
. La réforme de ces régimes est souhaitée par 82% des Français (sondage Metro/Ifop, 11 octobre 2007), y compris par une majorité des agents de la Fonction publique;
. On estime à 300 milliards d'euros les engagements de retraite des sept principaux régimes spéciaux au cours des six prochaines décennies : une charge injuste et insupportable pour les générations futures.

Un constat semblable peut être fait pour les autres réformes jugées nécessaires par la grande majorité des experts : université; recherche; fonction publique; système de santé; droit du travail; justice; dialogue social... Réalisées dans les autres pays depuis des années, elles sont chez nous sans cesse bloquées par des minorités fortement politisées, incapables d'appréhender la réalité du monde et la nécessité de s'y adapter (ce qui n'interdit pas de chercher à l'améliorer).
La réforme des régimes spéciaux était a priori la plus "facile" et consensuelle, d'autant qu'elle a été comme d'habitude proposée aux intéressés avec des aménagements et un étalement dans le temps. Un recul du gouvernement rendrait donc quasiment impossible la mise en œuvre des réformes plus "difficiles". Il démontrerait une fois encore que des individus et organisations se réclamant des principes d'égalité et de solidarité défendent en réalité des corporatismes, des égoïsmes, des privilèges injustifiables ou un statu quo insupportable. Comme en 1995, ils peuvent (souhaitent peut-être, pour certains) paralyser le pays et l'enfoncer un peu plus dans la crise économique et morale.

Cette attitude est irresponsable et dangereuse. De plus, la conjoncture économique actuelle ne permet pas de différer plus longtemps les réformes, sous peine d'un nouveau décrochage national, avec de graves conséquences sur le pouvoir d'achat, la cohésion sociale, la place de la France dans le monde. Rappelons enfin que les grèves occasionnent une gêne considérable pour les particuliers, coûtent très cher à la collectivité (150 millions d'euros pour celle du 18 octobre dans les transports pour la seule région Ile-de-France), affectent la compétitivité déjà réduite de la France, son attractivité et son image à l'extérieur, donc son avenir.
 
Face à cette situation, les citoyens inquiets et en colère ne peuvent rester silencieux. Pour leur propre dignité, pour l'avenir de leurs enfants et du pays, ils ne doivent pas laisser le monopole de l'expression à ceux qui refusent l'adaptation. C'est pourquoi je vous propose de :

. Relayer cet appel aux personnes figurant dans votre carnet d'adresse (avec ou sans mention de l'auteur, qui ne signe ce texte que par souci de transparence);
. L'envoyer aux médias pour qu'ils rendent davantage compte de votre avis;
. Le mentionner (en tout ou partie) sur les forums, blogs et sites internet que vous animez ou fréquentez;
. Imaginer et proposer des "manifestations virtuelles" (ou réelles) originales, aussi visibles et efficaces que les grèves;
. Me faire part de vos commentaires et suggestions à l'adresse ci-dessous.

Nous ne pouvons accepter que le pouvoir de nuisance de quelques-uns mette en péril notre avenir commun.

*Gérard Mermet
sociologue (auteur de Francoscopie)
adresse de contact : citoyensresponsables@free.fr


enfin un texte ou l'on peut critiquer ou féliciter l'auteur par le biais de son adresse e-mail Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrand

Bertrand

Nombre de messages : 122
Age : 30
Localisation : Courrières
Date d'inscription : 19/10/2007

MessageSujet: Re: A méditer   Sam 17 Nov - 18:31

Même si je suis d'accord pour la réforme des régimes spéciaux, lire un texte comme celui ça, me fait réellement penser à un texte de propagande où l'on essaye de faire croire que la France va beaucoup plus mal qu'elle ne l'est vraiment (effectivement, économiquement on pourrait faire beaucoup mieux) afin d'être prêt à se sacrifier pour la cause nationale.
Pour en revenir à la gène occasionnée par les grêves, j'aimerais savoir une chose : quel impact a eu la mise en place du service minimum? Apparament, aucun. Voici donc un élément essentiel du programme présidentiel de Sarkozy qui s'écroule sous nos yeux : l'inutilité d'un tel dispositif (même si j'étais plutôt pour) est donc évidente (mais évidemment, très peu de journalistes se poseront la question).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
polo

polo

Nombre de messages : 81
Age : 30
Localisation : un camping car sur le parking de carrefour
Date d'inscription : 17/10/2007

MessageSujet: Re: A méditer   Sam 17 Nov - 22:57

meme si le service minimum st loin d'etre appliqué on peut dire aussi qu'il n'a pas cherché a le faire appliquer voila pourquoi cela n'a pas vraiment marché, mais de toute façon le gouvernement ne peut plus reculer, si ils demissionnent face au cheminots , ils montreront qu'ils peuvent lacher et à ce moment la ils ne passeront plus aucune reforme et ont recommence 5 années chiraquienne. tout ca pour dire qu'ils ne lacheront que des miettes pour faire passer la reforme et la LRU

et au pire....49.3 Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
anto1

anto1

Nombre de messages : 223
Age : 34
Localisation : Croix
Date d'inscription : 26/10/2007

MessageSujet: Re: A méditer   Dim 18 Nov - 20:16

Je trouve pas que cet article en dise tant que ca, et d'ailleurs j'aimerai bien savoir d'ou il sort tous ces chiffres, on sait tous qu'il est assez facile de les manipuler pour conforter une interprétation ou une autre...

Par exemple moi j'ai trouvé ça :
"Contrairement à la propagande officielle, les régimes spéciaux ne vivent pas aux crochets des autres : dans le système de « compensation » financière qui assure la solidarité entre les divers de régimes de protection, ils versent plus qu’ils ne reçoivent. Et ce qu’ils reçoivent (1,5 milliard d’euros) est très inférieur aux montants reçus par les régimes des professions libérales et des exploitants agricoles (6,5 milliards)."

"Quant à l’argument de l’équité, il résiste mal à une comparaison honnête des situations. Si les régimes spéciaux offrent d’indéniables avantages, en particulier une durée de cotisation plus faible (37,5 ans pour une retraite à taux plein) et la possibilité de départs anticipés pour travaux pénibles ou astreignants, les âges de sortie de la vie professionnelle sont très proches dans le public et dans le privé (entre 57,5 et 58,5 ans), tout comme les niveaux moyens de pension (1 259 euros pour les ouvriers dans le privé, 1 214 euros dans le public)."

"Les chiffres publiés hier par la CGT sont accablants et devraient à tout le moins interpeller notre « président du pouvoir d’achat » : un ouvrier partant à la retraite à 60 ans pouvait compter, en 1998, sur une pension représentant plus de 80 % de son dernier salaire ; en 2015, elle tombera à 66 %, et, en 2045, à 47 % ! À ce rythme, les prochaines générations seront bien les sacrifiées du droit à la retraite. Auxquels il ne restera plus, alors, qu’à faire miroiter les promesses empoisonnées de la capitalisation… Et l’on touche, ici, au noeud de l’affaire. En braquant les projecteurs sur les « privilèges » des régimes spéciaux, le gouvernement veut esquiver la question clé pour l’avenir du système des retraites : devant l’échec patent des recettes utilisées ces dernières années, qui n’ont pas empêché le déficit de la Sécu de gonfler, quelle réforme du financement pourrait permettre de relever le défi démographique ?"


Chacun ses chiffres apres tout..... Smile








http://www.humanite.fr/2007-11-13_Politique_Regimes-speciaux-quel-acharnement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dagoodtown.free.fr/Liens/Lille1.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A méditer   

Revenir en haut Aller en bas
 
A méditer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview de Matthieu Ricard: "Et si on apprenait à méditer?"
» méditer seul chez soi ou seulement au dojo ?
» Méditer pour ne plus déprimer
» A méditer ....
» A méditer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Classe Prépa ENS Cachan :: Le reste xD :: Actualités-
Sauter vers: